Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter.

S'abonner
Marché

Le Snitem satisfait du rapport de mission sur les produits de santé

  • N’importe où

 

Dans un communiqué, le Syndicat national de l’industrie des technologies médicales salue la publication, du 29 août 2023, du rapport de la mission interministérielle sur les produits de santé commandée par la Première ministre, Elisabeth Borne.
Ce document, pour lequel le Snitem a été auditionné et impliqué, est exigeant envers les acteurs, qu’ils soient publics ou privés, et apparait également novateur dans son approche. Le Snitem partage l’appel des personnalités qualifiées :
– À un effort de l’ensemble des acteurs de santé, condition indispensable à la réussite du « New Deal » et à la capacité de retrouver de nouvelles marges financières ;
– À une approche qui prenne en compte tous les enjeux des produits de santé (risques de pénurie, impact environnemental, coût pour la sécurité sociale, attractivité de la France, …)

Parallèlement, le Snitem adhère au fait que la régulation, doit « s’appuyer sur des leviers combinés et (…) ne peut uniquement s’appuyer sur le prix ou la clause de sauvegarde ».
Le Snitem partage également la recommandation de travailler davantage sur la pertinence des prescriptions, le respect des bonnes pratiques des sociétés savantes et de la HAS, les parcours, la diminution des gaspillages, (notamment avec les enjeux de la maîtrise médicalisée ou du contrôle des prescriptions) et d’être moins focalisé sur les prix.

S’agissant plus particulièrement des dispositifs médicaux (DM), si le Snitem est pleinement conscient que la densité des propositions de la mission interministérielle nécessite une approche de court et de plus long terme, il soutient prioritairement la mise en place des recommandations suivantes :
– L’amélioration du processus d’inscription et de gestion des actes professionnels ;
– Les propositions relatives au CEPS, à commencer par son rattachement à la Première ministre en vue d’une coordination plus forte au regard de la globalité des enjeux et en redonnant au CEPS sa place de négociateur unique concernant les produits de santé 1 ;                                                                                                                                                        – La révision du rôle et des conditions d’entrée / sortie de la liste en sus et la recommandation de mettre en place un groupe de travail administrations / acteurs ;
Les dispositions sur les achats et notamment celles visant à donner davantage de visibilité aux entreprises dans le cadre des AO (engagement de l’acheteur sur les volumes) ainsi que celles relatives à l’intégration de critères environnementaux.

Le Snitem appelle plus particulièrement à mettre en œuvre dès le PLFSS pour 2024 les dispositions législatives recommandées par la mission interministérielle sur les actes médico-chirurgicaux, la progressivité de la clause de sauvegarde DM (CS DM), et la recommandation selon laquelle la régulation ne peut uniquement s’appuyer sur le prix ou la CS.

Par ailleurs, le Snitem appelle à :

Une feuille de route RSE qui soit soutenable, coordonnée au sein des pouvoirs publics et dont les modalités et calendrier sont discutées avec les entreprises sur la base d’une approche incitative et non punitive ;
Une vigilance particulière sur l’incitation de la mission à renforcer davantage la
massification et la centralisation des achats.

L’organisation professionnelle souligne l’attention portée par la mission à l’impact très positif du numérique en lien avec les dispositifs médicaux DM* . Elle précise toutefois que s’agissant d’un rapport plus largement consacré aux produits de santé, il ne saurait dans son application faire l’économie d’une approche davantage différenciée entre le DM et le médicament, afin de prendre en compte les caractéristiques propres à chacun des secteurs.

Le Snitem est désormais particulièrement attentif à la façon dont le gouvernement va s’emparer de ce rapport. Il recommande vivement la mise en place d’un suivi opérationnel sous l’égide de la Première ministre, auquel le Snitem s’associera.

Cf. in le rapport « l’essor inéluctable du numérique a démultiplié les produits dont le remboursement serait nécessaire pour permettre une meilleure organisation des soins, des gains d’efficience dans le système, mais aussi un impact clinique majeur pour certains d’entre eux ».

Pour recevoir les dernières infos, inscrivez-vous à notre newsletter.

 

Commentaires fermés.

Les plus vus

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Il sont nécessaires au bon fonctionnement du site internet et sont utilisés par la société Fréquence Audio pour vous permettre une navigation optimale et de faire usage des services que nous fournissons. Vous êtes informés qu’en cas de refus, votre navigation risque de ne pas fonctionner correctement.


Refuser tous les services
Accepter tous les services