Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter.

S'abonner
Profession & métier

Elon Musk pense « guérir » les acouphènes avec sa puce cérébrale

  • N’importe où

 

Après Tesla, SpaceX et Twitter, Elon Musk investit le secteur de la santé avec Neuralink. Le milliardaire américain, qui envisage d’implanter des puces dans le cerveau humain, a affirmé que ces dernières guériront les acouphènes d’ici cinq ans. Un projet tempéré par la communauté scientifique sachant qu’il n’existe aujourd’hui aucun traitement miracle contre ce trouble auditif. En effet, de nombreuses zones d’ombres subsistent pour bien comprendre les acouphènes. La science émet plusieurs hypothèses combinant une baisse de l’audition et un problème neurologique. La première : la perte d’audition provoquerait une réaction du cerveau qui “augmente le son” pour compenser la surdité. Une autre l’explique par une déstabilisation du cortex auditif, soit la région du cerveau qui analyse les sons. Pour “guérir” les acouphènes, il faut donc trouver le neurone à l’origine de ce dysfonctionnement cérébral. Avec 85 milliards de neurones et 100.000 milliards de connexions entre eux, la tâche s’avère ardue. Toutefois, Elon Musk est convaincu que sa puce connectée, baptisée “Link”, orientera la science dans la bonne direction pour faire disparaître ce trouble.  Implantée dans le crane par un robot chirurgical “Link”, doit se connecter au cortex lié aux sons. Un millier de fils microscopiques sont reliés à la puce et s’accrochent aux neurones. Pour communiquer avec eux. Les scientifiques connectent ensuite Link à un ordinateur externe via Bluetooth. Si le projet semble tout droit sorti d’un film de science fiction, il demeure très sérieux. Depuis sa création en 2016, Neuralink a recruté de nombreux neuroscientifiques. Selon eux, cette technologie pourrait aider les personnes atteintes de troubles neurologiques comme l’épilepsie, la maladie de Parkinson ou encore la paraplégie. Des premiers tests des puces Neuralink ont même déjà été menés avec succès sur des animaux. Toutefois, si pour l’heure neuralink peut jouer sur le cerveau des singes aucun essai sur l’homme n’a été réalisé d’autant que de nombreux animaux sont morts pendant les tests. Cette technologie nécessite donc prudence et patience. Des qualités dont Elon Musk ne semble pas pourvu. Tout récemment, les autorités américaines ont annoncé enquêter sur de possibles maltraitances sur des animaux ayant conduit à des morts « injustifiées » dans les laboratoires de Neuralink. Plusieurs témoignages parlent de souffrances animales abusives et des plaintes du personnel évoquent la pression de la direction pour accélérer les tets entraînant des bavures. Reste que le 30 novembre dernier lors du « show and tell » de Neuralink, Elon Musk a évoqué des tests humains dans les six prochains mois. Une affaire à suivre, la firme devant encore obtenir l’autorisation de la US Food and Drug Administration l’équivalent américain de l’autorité du médicament.

Pour recevoir les dernières infos, inscrivez-vous à notre newsletter.

 

Commentaires fermés.

Les plus vus

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Il sont nécessaires au bon fonctionnement du site internet et sont utilisés par la société Fréquence Audio pour vous permettre une navigation optimale et de faire usage des services que nous fournissons. Vous êtes informés qu’en cas de refus, votre navigation risque de ne pas fonctionner correctement.


Refuser tous les services
Accepter tous les services